Cyril Guillotin

Directeur artistique du festival et pianiste

Cyril Guillotin - Organisateur du Festival Ma Vigne en MusiqueUne palette sonore riche et élégante, une remarquable et intense sensibilité, Cyril Guillotin est un artiste à part, un pianiste inclassable.

« Un poète » diront certains, tant ses interprétations sont une invitation au voyage.

Très tôt repéré par d’éminents musiciens, Cyril Guillotin multiplie, dès l’âge de 8 ans, les victoires en concours nationaux et internationaux de jeunes talents. Il donne son premier récital à 11 ans au « Festival Européen Mozart » de Prague, sous les conseils de la pianiste hongroise Gabriella Torma. Il mène alors une jeune carrière d’enfant prodige, se produisant dans les plus prestigieuses salles françaises : salle Pleyel, salle Gaveau, Maison de Radio France, Musée Carnavalet, salle Cortot, Théâtre du Châtelet …

Disciple de Brigitte Engerer et Aldo Ciccolini, Cyril Guillotin a travaillé avec les plus grands artistes et pédagogues: de Dominique Merlet à Pascal Devoyon, de Dimitri Bashkirov à Mikhael Voskressensky, mais aussi Olivier Gardon, Billy Eidi, Chantal Fraysse, Pierre-Laurent Aimard, Jacques Rouvier, John O’Conor…

Après l’obtention de son premier Prix de piano-mention Très Bien au CNSM-Conservatoire de Paris (avec les chaleureuses félicitations d’Yvonne Loriod-Messiaen), des récompenses en musique de chambre et direction d’orchestre et quelques prix internationaux, sa carrière explose en France (Salle Cortot, Cité Internationale, École Polytechnique de Palaiseau, École des Mines de Paris, Archives Nationales, Atrium Magne, Palais des Congrès d’Arcachon, Abbaye de Royaumont, « Festival Chopin » à Bagatelle, « Festival Jeunes Talents » à Paris, « Festival Radio France de Montpellier-Languedoc Roussillon », « Journées Lyriques de Chartres »…), comme à l’étranger (Allemagne, Autriche, Japon …), ou lors de collaborations prestigieuses (Orchestre National d’Île de France, UNESCO, Orchestre de Picardie et Pascal Verot, le compositeur Laurent Lefrançois qui lui dédie son triptyque pour piano seul « Les Visages »).

Une agression violente en 2007 le contraint à arrêter le piano pendant plus de huit mois et à refuser tout concert pendant deux ans. Cyril Guillotin tournera finalement cette interruption à son avantage en créant l’association « Les Classiques Buissonnières » pour porter la musique partout où on ne l’attend pas, sous des formes nouvelles, et en obtenant brillamment ses diplômes supérieurs de pédagogie. Il sortira de cette épreuve avec une nouvelle et grande profondeur dans son jeu, une vision neuve de sa position et de sa mission d’artiste.

Il partage la musique de chambre avec les plus grands musiciens de son temps : Paul Meyer, Magali Mosnier, le Quatuor Parisii, Daniel Tosi, Elena Vassilieva, Patrice Fontanarosa, Marc Coppey, Jean Ferrandis, Viorica Cortez, Pierre Vaello, Shigeko Hata, Fabrice Moretti, Nicolas Stavy, …

Après un premier disque solo, « Sortilèges », sorti en 2013, qui l’a fait revenir sur le devant la scène et récompensé du « Choix de France Musique », Cyril Guillotin a très vite enrichi sa discographie de « Balnéaire » (2014), une monographie de musique de chambre du compositeur Laurent Lefrançois, avant de sortir, en février 2016, son dernier double-disque « Helldunkel-Clair Obscur » 2016 (Evidence/Harmonia Mundi), en partenariat avec Radio Classique, distingué par le « Maestro » de la revue PIANISTE, le « Coup de coeur » de Thierry Geffrotin (Europe 1), le « Coup de coeur » de Frédéric Lodéon (France Musique), et tout récemment auréolé de 5 Diapasons et des éloges du célèbre ex-critique du Monde, Alain Lompech.

Il enseigne depuis 2013 le piano et la musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Départemental-CRD du Grand Narbonne (Aude) .

 

« …une interprétation vive, virtuose, virevoltante … sa rondeur, sa pureté en chaque partie du clavier, … dans Schumann tout chante, et à en perdre la tête, avec une tendresse que seuls une poignée d’élus peuvent faire passer sur un piano moderne … la splendide technique de cet ancien élève d’Aldo CICCOLINI lui permet de modeler le son à sa guise, comme libéré du piano… des interprétations magnifiquement inspirées et réalisées. »           (DIAPASON – Alain LOMPECH)

 

cyrilguillotin.centerblog.net

www.cyrilguillotin.com